La mission de la féminité humaine -----------

Une lourde oppression pèse sur toute la féminité terrestre depuis que s’est répandue l’aberration selon laquelle la vocation principale d’une femme serait la maternité. Avec une fausse pitié, souvent même avec une joie maligne dissimulée, des êtres humains regardent en direction des jeunes filles qui ne se marient pas, et même vers les femmes qui, dans leur mariage, sont demeurées sans enfants. L’expression «vieille demoiselle» ou «vieille fille» qui en réalité, est un nom d’honneur, est souvent prononcée avec une légère raillerie, avec un haussement d’épaules de regret, comme si le mariage était, pour la femme de la Terre, le plus élevé de ses buts, voire même, sa principale destinée.

Que ce faux point de vue se soit propagé au cours des millénaires et se soit implanté de façon si malfaisante, fait partie des plus hautes conquêtes de Lucifer qui par cela, prit pour but l’avilissement de la féminité et asséna le coup le plus rude à la véritable condition humaine. Regardez donc autour de vous! Les graves aberrations nées de cette fausse conception ont orienté dès le début et en droite ligne, les pensées des parents et des jeunes filles vers un avenir terrestre assuré par le mariage! Tout tend vers ce but. L’éducation d’abord, puis toutes les pensées, les paroles, les actes, et ceci depuis l’enfance de chaque jeune fille jusqu’à sa maturité. Ensuite, on cherche l’occasion, on la suscite et, où cela ne réussit pas, on la provoque, même par la force, afin que puissent se nouer des connaissances en vue d’un mariage!

On enfonce littéralement dans la tête de la jeune fille l’idée que sa vie sera sans joie si elle ne peut pas marcher aux côtés d’un mari! Que sans cela elle ne sera jamais pleinement considérée! Où qu’un enfant de sexe féminin porte son regard, il voit l’exaltation de l’amour terrestre avec, comme but suprême, le bonheur maternel! Ainsi, par une contrainte artificielle, se forme l’idée que toute jeune fille qui ne peut y atteindre est à considérer comme digne de pitié et qu’elle rate en partie son temps terrestre. Toutes les pensées, toutes les aspirations sont dirigées vers ce but et lui sont inoculées dans la chair et le sang dès l’instant de la naissance. Mais tout cela est une œuvre très adroite de Lucifer dont le but est le rabaissement de la condition féminine humaine.

Si cette féminité de la Terre veut s’élever, il faut que cet envoûtement soit maintenant levé. Ce n’est que loin des ruines de l’illusion ayant existé jusqu’ici que peut naître ce qui est élevé et pur! La noble féminité voulue de Dieu ne pouvait pas s'épanouir sous cette machination, la plus astucieuse de Lucifer contre les esprits humains qui, tous, auraient pu dès l'origine n'aspirer que vers la Lumière, s'ils avaient suivi, sans se laisser détourner, les Lois Originelles de la Création et s'ils s'étaient laissés conduire par elles.

Devenez enfin spirituels, êtres humains, car vous êtes issus de l’esprit! Reconnaissez et soyez aussi suffisamment forts pour concevoir que le bonheur maternel, lequel passait pour le but suprême de la féminité de la Terre et sa destinée la plus sacrée, ne prend racine que dans l’essentialité! Or, la destinée la plus sacrée de la femme humaine est bien plus haute, elle repose dans l’esprit!

Pas une fois ne vous est venue la pensée que tout ce que vous avez chanté jusqu’ici ne valait exclusivement que pour la Terre, que pour la vie terrestre dans toutes ses formes d’assujettissement! Car le mariage et la procréation n’existent que dans la partie de matière dense de cette Création Postérieure. Et pourtant, la féminité existe dans la Création entière! Cela devrait tout de même vous inciter à une réflexion sérieuse! Mais non, c’était beaucoup trop attendre de vous.

De même que l’on cherche à pousser peu à peu les animaux en liberté vers un passage discrètement et soigneusement préparé à l’avance, passage qu’ils ne peuvent distinguer de leur libre et belle forêt mais qui conduit à la captivité, de même avez-vous constamment poussé vos enfants de sexe féminin vers cet unique but… vers l’homme! Comme si telle était leur vocation principale!

L’aberration de cette fausse conception était comme des cloisons d’un côté comme de l’autre qui, finalement, ne permirent absolument plus à ces pauvres enfants d’orienter leurs pensées autrement que dans cette direction. Maintes jeunes filles décidèrent brusquement de se «réfugier» dans un mariage qui les obligeait à se surmonter, rien que pour ne pas être misérablement soumises, avec l’âge, aux conséquences de cette fausse conception, conséquences qui étaient et qui sont encore aujourd’hui suspendues comme des glaives menaçants au-dessus de chaque jeune fille!

Aussi, lorsque dans la fermentation naissante d’une époque nouvelle, une contradiction intérieure tout à fait inconsciente, un soulèvement de l’esprit si opprimé jusqu’alors s’éveilla, la jeunesse voulut fuir cet état malsain, mais non reconnu, et tomba ainsi, malheureusement, dans un état bien pire encore, avec ses idées de libre camaraderie et par cela dans le mariage de camarades. C’est au fond, sous une autre forme, toujours la même excroissance issue de l’idée luciférienne qui porte en elle la dépréciation de la femme, car rien de pur ne pouvait naître puisque l’envoûtement des ténèbres s’étend lugubrement sur chacune d’elle, les enserre fermement et leur maintient la nuque courbée, sous cette emprise.

Il fallait que l’erreur subsiste, même si la forme avait changé. Le choc qui délivrera la vraie féminité ne peut plus, à présent, venir que d’En Haut! L’humanité elle-même n’est plus capable de le faire, car elle s’est beaucoup trop empêtrée et asservie.

Les lois ou les formes nouvelles ne sont plus ici d’aucun secours. Le salut repose exclusivement dans la compréhension de toutes les Lois Originelles de la Création. C’est la Vérité que vous devez enfin considérer, telle qu’Elle est réellement, et non telle que vous La pensiez, après être devenus beaucoup trop accessibles aux insinuations de Lucifer.

Je brise cet envoûtement funeste, qui jusqu’à ce jour, s’est étendu sur la féminité de la Terre! J’envoie un Rayon de Lumière dans les ténèbres qui vous troublent et vous maintiennent encore captifs.

Avec cette pensée que la féminité humaine doive rechercher le but principal de son existence dans la maternité, on déprécia et déshonora la féminité, car elle fut ainsi dégradée, liée au plan de l’Essentialité! Lucifer n’eut rien de plus à faire que d’émettre cette pensée dans le monde, elle y fut reçue et devint alors lentement cette ferme opinion, qui aujourd’hui encore, domine la mentalité humaine et la contraint à prendre cette unique direction qui entrave l’envol de l’esprit vers la Pureté des Hauteurs Lumineuses!

Les poings sales des trabans lucifériens se posèrent ainsi, sur la féminité humaine lui faisant courber la nuque. Arrière tout cela! Rendez-vous libres dès maintenant de ces griffes qui vous maintiennent au sol! Car cette opinion à elle seule apporta dans ses conséquences tout ce qui devait déshonorer la femme. Le joli mantelet de la maternité sacrée de même que les chants sublimes sur l’amour maternel ne peuvent jamais alléger la pression de ces sombres poings; ils ne rendent pas non plus ces poings noirs, lumineux.

Écoutez ma Parole : la femme humaine fut, par cette conception, transformée en femelle! Éveillez-vous, jeunes filles, femmes, hommes, pour reconnaître enfin toute l’horreur de cette pensée! Il s’agit là, pour vous, d’un droit sacré!

Lucifer pouvait être fier de cette conquête! Je l’arrache des mains de ses trabans! Détruite je la jette à ses pieds!

J’ai déjà dit qu’en frappant l’ensemble de la féminité, Lucifer tenta de porter le coup le plus rude à la véritable condition humaine et malheureusement… il n’y réussit que trop bien!

Suivez la pensée même, qu’avec grande ruse et perfidie il lança parmi vous; il vous flatta hypocritement avec l’idée que la maternité est le devoir le plus élevé de la femme! Or, la maternité est liée à l’instinct physique et c’est à cet instinct qu’il voulut, à l’aide de la pensée, élever un piédestal, afin de devenir maître et contraindre l’humanité terrestre à prendre cette unique direction. C’est un plan conçu avec une ruse admirable! Avec précaution, il joua ainsi avec vos sentiments comme un artiste de premier plan jouant sur son instrument. Il présenta comme appât sous vos yeux, la maternité et l’amour maternel, et ces derniers lui servirent d’écran pour masquer ses intentions afin que vous ne puissiez reconnaître ce qui se dissimulait derrière. Et cela lui réussit entièrement.

Vous entendiez le son séduisant qui résonnait pur en vous, mais vous ne perceviez pas les mains sales, avides et crochues qui produisaient la mélodie! Ah! le plus élevé de tous les buts, la vocation sacrée! Cela miroitait devant vous, vous le perceviez clair et lumineux. Cependant, malgré sa clarté, ce n’est que l’irradiation la plus pure de l’Essentialité, non de l’Esprit! L’animal y atteint son plus haut degré d’embrasement, il s’y épanouit et s’y donne entièrement parce que lui-même trouve son origine dans le Royaume de l’Essentialité. En cela il atteint la grandeur, lumineuse et claire! Mais, chez l’être humain, il existe encore quelque chose de plus fort qu’il a le devoir et l’obligation de placer au-dessus s’il veut être un être humain à part entière… c’est l’esprit!

Comme tel, il ne peut et ne doit pas demeurer dans le plan de l’Essentialité, il ne doit pas placer comme étant son but le plus élevé, quelque chose qui appartient absolument à l’Essentialité, et qui doit donc aussi, selon les Lois Originelles de la Création, toujours y demeurer. C’est ainsi que Lucifer plaça de façon extraordinairement adroite le piège qui contraignait l’esprit humain à demeurer dans le plan de l’Essentialité et l’y retenait prisonnier, ce qui lui réussit d’autant plus facilement que l’être humain y vit la beauté et la lumière, que porte en soi tout ce qui est pur, donc aussi l’irradiation la plus élevée de l’Essentialité.

Oui, assurément, la maternité est sacrée ainsi que l’amour maternel, sa couronne, mais malgré tout, ce n’est ni la mission la plus élevée de la féminité humaine, ni la destinée que celle-ci doit assumer dans la Création. La maternité s’enracine dans l’Essentialité et elle n’est embrasée que par un pur vouloir, encore que, chez les êtres humains, ce ne soit pas toujours le cas. Mais chez les animaux, il en est toujours ainsi, assurément.

La maternité reste néanmoins dans l’irradiation la plus élevée de l’Essentialité, qui, seule, peut se relier directement avec la matière. Mais, seul celui qui a étudié de près le Message du Graal et qui L’a accueilli en lui-même, me comprendra aussi entièrement en cela.

Ce que Lucifer avait voulu ainsi s’accomplit; car il connaissait très exactement quelles conséquences suivraient le déplacement des Lois Originelles voulues de Dieu, déplacement qu’il laissa aux êtres humains le soin d’accomplir entièrement. Lucifer ne fit que fixer un but erroné qui répondait bien à leur paresse d’esprit et à leurs faiblesses, ainsi toutes leurs pensées, toutes leurs intuitions, furent orientées vers ce but et ils ne purent que prendre le faux chemin.

Il ne fit donc ici que déplacer le levier, ce par quoi la catastrophe du déraillement devait arriver. Lucifer n’avait fait que flatter hypocritement l’instinct, mais pour lui conférer une frénésie et une puissance terrible!

En outre, il savait très exactement que le développement de l’intellect chez l’être humain devait encore fournir un appui important à cette puissance de l’instinct, grâce aux effets correspondants des pensées, lesquelles peuvent laisser le désir corrupteur s’amplifier jusqu’à la fébrilité. Et ainsi, pour finir, l’être humain devint entièrement l’esclave de lui-même, ce qui ne peut jamais arriver à un animal!

Le beau nom de «maternité» demeura toujours uniquement l’écran trompeur dont se servit Lucifer pour vous duper. Mais son but était l’intensification de l’instinct qui en était l’inévitable conséquence. Ainsi qu’il l’avait exactement prévu, cette intensification s’accrut finalement jusqu’à la morbidité, réduisit en esclavage toute la pensée des êtres humains des deux sexes et, pour beaucoup, elle devint le sphinx énigmatique qui se révèle aujourd’hui sous les traits de cet instinct malsain, avec lequel l’être humain, se cabrant vainement, est si souvent en lutte.

Or, la racine et la solution de l’énigme se trouvent exclusivement dans cette pensée luciférienne qui vous fût lancée à vous, êtres humains, en raillant les Lois que la Volonté de Dieu déposa dans la Création pour votre bénédiction et qui devaient vous faire progresser. Et vous, vous avez saisi cette pensée et vous vous y êtes fortement accrochés, comme le poisson affamé à l’hameçon, uniquement parce que vous y preniez vous-mêmes du plaisir. Pour le sexe masculin, cela se manifesta comme une grave et incurable épidémie!

Saisissez véritablement en vous la notion de la pure et noble féminité, alors vous serez libres de ces lourdes chaînes qui vous procurèrent une indicible souffrance et de nombreux tourments de l’âme. Par cette pensée luciférienne, toute la féminité terrestre fut dépouillée de ce qu’elle avait de plus noble, elle devint le jouet et le gibier de créatures masculines débauchées et une chère femelle, même pour l’homme sérieux. Cette fausse conviction était alors dans l’air, comme l’exprime le langage populaire; en réalité, elle devint vivante et prit forme dans le monde de matière fine, elle planait constamment autour de vous, vous influença sans relâche jusqu’à ce que vous-mêmes ne puissiez plus faire autrement que l’accepter.

Je coupe ce lien nuisible, car il est faux!

Spirituellement, la femme est à la place la plus élevée lorsqu’elle est devenue véritablement consciente de sa féminité! Et sa mission n’est pas vouée en premier lieu à la maternité! Ainsi que je l’ai déjà dit, celle-ci n’existe que pour votre corps terrestre, c’est tout! La féminité existe pourtant sur tous les plans, même à la plus haute place parmi les Créés-Originels dans le Pur-Spirituel, mais il s’agit de la vraie féminité dans sa haute et inabordable dignité!

Apparemment je vous retire beaucoup lorsque je vous dis que la maternité ne procède que du Royaume de l’Essentialité! C’est une coupure rigoureuse que je suis à présent contraint d’opérer, si je veux vous aider. La maternité demeure dans le domaine de l’Essentialité, elle s’y déroule. Si c’était là le but le plus élevé des femmes, celles-ci seraient bien à plaindre.

Voyez donc l’animal, étant totalement impulsif, il est très souvent bien plus fort dans l’amour maternel que l’être humain ne le pourrait jamais; car il est entier dans tout ce qu’il fait, car il ne fait que ce à quoi son impulsion le pousse, sans y réfléchir. C’est ainsi qu’il va aussi jusqu’à la mort pour ses petits et qu’il ne craint aucun adversaire. Conformément aux Lois Naturelles, la base pour l’amour maternel est aussi la même chez l’être humain s’il ne la réprime pas par sa pensée intellectuelle. Mais, elle demeure liée au corps et celui-ci avec toutes ses irradiations, est essentiel et rien d’autre.

Certes, là également bien des êtres humains ont déjà pressenti ce qui est juste. Ce n’est pas sans raison que l’on dit aujourd’hui que seule la véritable mère est celle qui, au bon moment, sait aussi devenir l’amie de ses enfants.

Quelle sagesse il y a là! Une mère capable de devenir l’amie de sa fille qui grandit! En d’autres termes, dès que la fille sort de l’enfance, la mère doit aussi changer ses anciens rapports maternels ou même les abandonner, si elle veut continuer de cheminer avec son enfant chez lequel l’esprit arrive à percer au moment de la puberté comme je l’ai déjà clairement expliqué dans mon exposé au sujet de la force sexuelle.

Dans l’enfant ne prédominait jusqu’alors que l’Essentialité, pleinement comblée par l’amour maternel initial. Cependant, l’esprit qui perce exige alors davantage que les seuls rapports maternels ayant existé jusqu’ici. D’ailleurs, il n’est pas autant concerné par eux, étant donné qu’il n’existe pas d’hérédité spirituelle, mais qu’au contraire tout esprit, dans un corps d’enfant est un étranger, même pour la mère, et qu’il ne peut ressentir de liaison qu’uniquement par affinité.

Ce «plus» que réclame alors l’esprit, seule peut l’offrir à la jeune fille la mère qui devient simultanément une amie! Celle, par conséquent, qui se relie spirituellement à elle. Ce processus, qui n’était pas encore possible à la naissance, ni au cours de l’enfance et qui n’est rattaché ni à la maternité, ni à l’amour maternel, se développe seulement lorsque l’esprit perce au moment de la puberté. Ce n’est uniquement que dans les cas de ce genre, que s’instaure la liaison spirituelle plus élevée que l’amour maternel, lequel n’a ses racines que dans l’Essentialité.

Si une telle liaison spirituelle ne peut s’établir, alors, comme chez les animaux, la séparation est assurée après la maturité. Chez l’être humain cependant, elle demeure sur le plan intérieur et ne devient que rarement visible, étant donné que les circonstances extérieures et l’éducation maintiennent un semblant de pont, lequel n’existe pas chez les animaux.

La mission la plus haute de la présence de la féminité sur Terre est la même que celle qui existe depuis toujours dans les Régions les plus élevées: l’ennoblissement de son entourage et la transmission constante depuis la Lumière, ce que seule la féminité peut offrir par la délicatesse de son intuition! Or, l’ennoblissement entraîne l’obligatoire ascension vers les Hauteurs Lumineuses! C’est une Loi de l’Esprit! C’est pourquoi l’existence de la féminité authentique conditionne aussi à elle seule et immuablement l’ascension, l’ennoblissement et le maintien de la pureté de la Création entière.

Lucifer savait cela, car cela repose dans les Lois de la Création et il chercha à entraver l’évolution du processus par la pensée fondamentale, nuisible et fausse, qui présente de façon séduisante l’instinct du corps terrestre et ses effets comme ce qu’il y a de plushaut. Il empoisonna ainsi entièrement, goutte à goutte, la véritable condition humaine, qui à son préjudice, détourna sans s’en douter le mouvement uniquement ascendant des voies directes tracées pour elle par les Lois Originelles de cette Création, de sorte que ces voies amenèrent obligatoirement la stagnation, conduisirent ensuite vers le bas et portèrent préjudice à tous les esprits humains au lieu de leur être bénéfique.

Il savait ce qu’il faisait ainsi. En se plongeant et en se perdant dans l’Essentialité, la féminité humaine ne pouvait donc pas s’épanouir et devait forcément s’égareraussi bien pour elle-même que pour sa mission principale, apportant ainsi la confusion dans cette Essentialité, parce qu’elle ne lui appartient pas.

L’ennoblissement de son entourage est donc la mission principale d’une femme, ici sur Terre, dans la matière! La femme, venant d’En-Haut, se maintenant vers le Haut grâce à son intuition délicate, et conduisant ainsi de nouveau vers le Haut, devient l’ancrage de l’homme avec la Lumière, le soutien dont celui-ci a besoin pour son activité dans la Création. Pour cela, il n’est pas besoin de mariage, pas même de se connaître ou de se rencontrer personnellement. Seule l’existence de la femme sur Terre apporte déjà l’accomplissement.

L’homme dans la Création fait front à l’extérieur, pour combattre; la femme, toutefois, lui assurant ses arrières maintient la liaison avec la Lumière et forme ainsi le noyau, l’apport de force et le réconfort. Mais là où la pourriture peut se faufiler dans le noyau, le front lui aussi est perdu! Gardez cela devant vos yeux en tout temps. Il ne sert alors à rien si la femme cherche à se placer au front, à côté de l’homme, là n’est pas sa place. Dans un tel combat, son intuition délicate ne fait que s’endurcir, ainsi se tarit la plus haute faculté et la force qui lui furent données jadis en propre et tout doit tomber en ruines!

Il est pourtant bien connu que les hommes, même dans les régions les plus reculées de cette Terre, se ressaisissent immédiatement et cherchent même à se comporter plus décemment, dès que s’approche un être féminin, avec lequel ils n’ont même pas besoin d’échanger une parole.

Déjà l’existence et l’apparition seules d’une femme provoquent cet effet! En cela se montre très clairement, encore qu’étiolé, le secret de la femme ainsi que la puissance et le soutien qui émanent d’elle conformément aux Lois de la Création et qui n’ont rien à voir directement avec la reproduction sur Terre. La procréation est, en grande partie, du domaine essentiel.

Vous, les jeunes filles, et vous, les femmes, souvenez-vous d’abord que vous êtes porteuses des missions les plus hautes que Dieu vous confia dans cette Création. Ni le mariage ni la maternité ne sont votre but le plus haut, si sacrés soient-ils! Vous êtes là, pour vous, seules et solides, dès que vous vous tenez de façon juste.

Combien ridicules et repoussantes vous paraîtront les folies de la mode auxquelles vous vous êtes toujours soumises volontairement, et même sans conditions. Les stupidités qui furent lancées sur le marché par les fabricants de mode pour gagner plus d’argent, vous les avez acceptées, comme des animaux auxquels on jette des friandises!

Vous reconnaîtrez un jour l’ignominie dans le fait d’avoir accepté les écarts, parfois fort douteux, des notions de la beauté véritable. Quant à la Pureté, on ne peut absolument pas en parler ici. Elle y fut toujours souillée d’une façon qui ne pouvait être plus impudente. Dans bien des années encore, le rouge de la honte vous montera aux joues, lorsque vous apprendrez à reconnaître à quelle profondeur vous aviez réellement sombré en ce domaine!

Mais pire encore est l’exhibition, consciente et voulue, de ce corps qui doit être sacré pour chacun, exhibition qui, si souvent déjà, résidait dans la mode. Seule la vanité la plus vile pouvait faire sombrer la féminité à de telles profondeurs. Et, cette vanité qui depuis longtemps déjà est attribuée de façon proverbiale à la femme, n’est autre que l’image flétrie de la manière dont la féminité devait effectivement agir selon les Lois Divines.

Mais l’homme est ici tout aussi coupable que la femme! Il lui suffisait, en effet, de mépriser de semblables choses, pour qu’aussitôt la féminité se retrouve isolée, remplie de honte et rejetée, même si, avait d’abord jailli d’elle une injuste colère. Mais voilà, l’homme salua la chute de la femme parce qu’elle répondait mieux ainsi aux faiblesses et aux désirs qu’il portait déjà en lui amplifiés de façon maladive par la pensée luciférienne.

Ce n’est pas par la vanité, qui impose toujours le manque de pudeur, que la féminité peut accomplir sa mission sur Terre, mais par la grâce, qui, comme le plus beau don de l’esprit, lui est accordée à elle seule! Chaque expression, chaque mouvement, chaque parole de la féminité doivent porter le sceau de sa noblesse d’âme! C’est en cela que réside sa mission, ainsi que sa puissance et sa grandeur!

Façonnez-vous en cela, laissez-vous conseiller en ces choses, laissez devenir authentique ce que vous cherchez maintenant à remplacer par la basse vanité! La grâce estvotre puissance sur Terre, c’est elle que vous devez cultiver et utiliser. Mais la grâce ne peut être envisagée sans la Pureté! Le nom à lui tout seul dans sa signification profonde, oriente la réflexion et les pensées vers la Pureté et les Hauteurs, il s’impose inviolable, sublime! La grâce fait la femme! Elle seule renferme la vraie beauté, quel que soit l’âge, quelle que soit la conformation du corps; car elle rend toute chose belle du fait qu’elle est l’expression d’un esprit pur, d’où elle tire son origine! C’est pourquoi il ne faut pas confondre la grâce avec la souplesse, qui est issue de l’Essentialité.

C’est ainsi que vous devez et êtes contraintes de vous tenir dans la Création! C’est pourquoi, vous, les femmes et vous, les jeunes filles, devenez spirituellement libres en vous-mêmes. La femme qui au cours de son existence terrestre ne veut vivre qu’en qualité de mère, a raté son véritable but et sa mission.

Abdruschin