L’enfant -----------

Quand les humains se demandent comment ils peuvent élever leurs enfants de la juste manière, ils doivent en premier lieu, observer l’enfant et tenir compte de cette observation! Les désirs personnels de l’éducateur doivent alors être mis complètement de côté. L’enfant doit suivre son chemin sur Terre, et non le chemin de l’éducateur.

C’est avec de bonnes intentions qu’un éducateur veut mettre à la disposition de son enfant, pour son profit, les expériences qu’il dût lui-même vivre au cours de sa vie terrestre. Il veut épargner à l’enfant beaucoup de déceptions, de dommages ou de souffrances. Mais il n’obtient, dans la plupart des cas, que peu de résultats.

Il lui faut finalement reconnaître qu’en ce domaine tous ses efforts et toute sa bonne volonté furent complètement vains, car à un certain moment l’enfant qui grandit va, de façon soudaine, son propre chemin et lorsqu’il doit prendre des décisions importantes pour lui, oublie toutes les exhortations ou bien n’en tient pas compte.

La tristesse qu’en éprouve l’éducateur n’est pas justifiée, car dans son bon vouloir, celui-ci a omis de prendre en considération que l’enfant qu’il voulait éduquer n’a pas du tout à parcourir le même chemin que lui, s’il veut accomplir justement le but de sa propre existence sur cette Terre.

Toutes les expériences que l’éducateur put ou fut obligé de vivre auparavant en lui-même, n’étaient destinées et nécessaires qu’à lui-même, c’est aussi pourquoi elles n’ont apporté de profit qu’à cet éducateur, s’il a été capable de les accueillir en lui correctement.

Les expériences vécues de l’éducateur ne peuvent apporter le même profit à l’enfant, parce que l’esprit de celui-ci doit vivre, pour sa propre évolution, des expériences tout autres, en raison des fils du destin auxquels il est lui-même relié.

Parmi les nombreux êtres humains de la Terre, il n’en existe pas deux qui aient le même chemin pouvant les faire progresser en vue de la maturation de leur esprit!

C’est pourquoi les expériences vécues de l’un ne sont d’aucun profit spirituel pour l’autre. Et si un être humain suit exactement le chemin de l’autre, en l’imitant, alors il aura gaspillé son propre temps terrestre.

Vous ne devez, jusqu’à la puberté de l’enfant, que lui préparer l’instrument dont il a besoin pour sa vie terrestre, rien de plus. Donc, préparer le corps terrestre, avec toutes ses dispositions de matière dense.

Veillez alors, avec toute votre sollicitude, à ne pas le déformer, ou même à le rendre complètement inapte par exagération ou partialité. À côté des nécessaires aptitudes au mouvement, l’entraînement en vue de la juste activité de son encéphale joue un grand rôle. La première formation se termine avec le début de la puberté; c’est alors seulement que doit suivre la seconde, qui doit enseigner à l’esprit à maîtriser avec justesse le corps entier.

Jusqu’aux années de la puberté, période ou l’esprit arrive à percer, les enfants de cette humanité terrestre ne ressentent, de façon prédominante que ce qui est du domaine essentiel, bien qu’ils soient naturellement déjà embrasés par l’esprit. Le niveau de l’enfant est donc bien supérieur à celui d’un animal noble parvenu à son stade d’évolution le plus élevé bien que, chez l’enfant, l’élément d’essentialité soit prédominant, et par conséquent, déterminant. C’est là ce dont tout éducateur doit absolument tenir compte et c’est en fonction de cela que la base d’une éducation doit être rigoureusement établie, si le succès doit être total et sans dommage pour l’enfant. L’enfant doit d’abord parvenir à la pleine compréhension de la grande activité de toute l’Essentialité, à laquelle il est encore, à cette époque, plus ouvert qu’au Spirituel. Ainsi, ses yeux s’ouvriront, remplis de joie et de pureté, aux beautés de la nature qu’il voit autour de lui!

L’eau, les montagnes, les forêts, les prairies, les fleurs, et ensuite aussi les animaux, deviennent familiers à chaque enfant, et il est ainsi solidement ancré dans le monde qui doit lui offrir le champ d’action pour son existence sur Terre. L’enfant est alors solidement ancré et pleinement conscient dans la nature, dans toute l’activité essentielle, plein de compréhension, bien équipé et prêt à agir, désormais avec son esprit, et aussi pour élever et promouvoir tout ce qui l’entoure tel un grand jardin! C’est seulement ainsi qu’il peut devenir un vrai jardinier de Dieu dans la Création.

Ce n’est qu’ainsi et pas autrement que chaque enfant grandissant doit être quand l’esprit vient à percer. Sain de corps et d’âme! Joyeusement développé et préparé sur le terrain auquel chaque enfant appartient. Il ne doit pas avoir le cerveau unilatéralement surchargé avec des choses dont il n’a pas du tout besoin au cours de sa vie terrestre et qu’il a pourtant beaucoup de peine à assimiler, ce qui le contraint à gaspiller de la force, affaiblissant le corps et l’âme!

Or, si la première éducation a déjà englouti toute la force, il ne reste plus rien à l’être humain pour son action proprement dite.

Dans une juste formation et préparation à la vie véritable, le travail n’est que joie, que plaisir, parce qu’alors tout dans la Création est capable de vibrer d’une façon complètement harmonieuse pour soutenir, promouvoir et fortifier ainsi la croissance de la jeunesse.

Mais avec quelle absurdité les êtres humains n’agissent-ils pas avec leur descendance! De quels crimes ne se rendent-ils pas coupables envers elle!

C’est justement au moment où, dans les corps d’adolescentes l’esprit perce afin d’utiliser l’instrument de matière dense qui lui est confié et offert, pour devenir ainsi un véritable être humain, que l’on dirige cette jeune féminité vers les plaisirs terrestres pour… vite la conduire vers l’homme!

L’esprit, l’être humain véritable, qui ne doit commencer son activité terrestre qu’à ce moment-là, n’y arrive pas du tout. Paralysé, illui faut être témoin comment l’intellect terrestre, exclusivement et faussement exercé, ne s’active qu’en lançant de faibles éclats éblouissants afin de paraître spirituel, à défaut d’esprit véritable, il lui faut observer comment, il est entraîné vers toutes sortes de situations étranges qui exigent et gaspillent toute la force que l’instrument peut fournir. Finalement, ces jeunes filles deviennent mères sans avoir été vraiment des êtres humains!

C’est pourquoi il ne reste rien à l’esprit lui-même pour exercer son activité. Il n’en a aucune possibilité!

Et pour le jeune homme, ce n’est guère mieux! Le voilà épuisé, exténué par les surcharges scolaires, les nerfs surexcités. Il ne fournit à l’esprit sur le point de percer qu’un terrain malade, un encéphale déformé, sursaturé de choses inutiles. De ce fait, l’esprit ne peut agir comme il le doit, et c’est pourquoi il ne peut se développer, mais s’étiole, complètement écrasé par des scories. Il ne reste plus qu’une nostalgie inassouvie qui laisse pressentir la présence de l’esprit humain, emmuré et opprimé. Finalement, la nostalgie elle aussi se perd dans l’ivresse de la précipitation et de l’avidité terrestres, lesquelles doivent d’abord combler cette vacuité de l’esprit pour plus tard, se transformer en habitude et besoin.

C’est ainsi que l’être humain traverse à présent, l’existence terrestre! Et la fausse éducation porte en cela la plus grande part de culpabilité.

Si l’être humain veut exister correctement, ici sur Terre, alors il faut absolument que la première partie de sa formation, donc son éducation, soit changée! Laissez pendant ce temps les enfants demeurer réellement des enfants! Ne cherchez jamais non plus à les mettre sur un pied d’égalité avec les adultes ou même n’attendez pas que ce soit les adultes qui se règlent en fonction des enfants! C’est un puissant poison que vous leur donnez ainsi, car chez eux, l’esprit n’a pas encore percé, ils sont toujours fortement dominés par leur genre essentiel, c’est pourquoi ils n’ont, par conséquent, pas encore leur pleine valeur parmi les adultes!

Cela, les enfants le sentent très exactement. Ne leur laissez donc pas jouer un rôle qui leur dérobe une telle conscience. Vous les rendez ainsi malheureux! Ils deviennent mal assurés sur le terrain sûr de leur enfance, ce terrain qui leur revient de droit et qui leur est attribué dans la Création. Par contre, ils ne peuvent jamais se sentir chez eux sur le terrain des adultes, car il leur manque encore la chose principale qui leur en donne le droit et l’aptitude: la parfaite liaison de leur esprit avec le monde extérieur par l’intermédiaire de leur corps.

Vous leur dérobez leur véritable condition d’enfants à laquelle, selon les Lois de la Création, ils ont pleinement droit et dont ils ont même un pressant besoin, car l’expérience vécue de l’enfance fait absolument partie de la progression ultérieure de l’esprit. Au lieu de cela, vous les mêlez bien souvent aux adultes parmi lesquels ils ne peuvent pas se mouvoir, car tout ce qui serait nécessaire à cela manque. Ils deviennent incertains et précoces, ce qui selon la nature des choses, ne peut qu’apparaître rebutant pour les adultes, car cela se révèle malsain, troublant la pure intuition et toute harmonie. Un enfant précoce est un fruit dont le noyau n’est pas encore arrivé à maturité, tandis que l’enveloppe se trouve déjà proche du vieillissement!

Gardez-vous de cela, parents et éducateurs, car c’est un crime contre les Lois de Dieu! Laissez les enfants demeurer des enfants! Des enfants qui savent qu’ils ont besoin de la protection de tous les adultes.

Le devoir d’un adulte réside uniquement dans la protection des enfants, cette protection qu’il est capable d’accorder et à laquelle il est aussi astreint, là où un enfant mérite cette protection!

Dans son genre essentiel, l’enfant ressent très exactement qu’il a besoin de la protection de l’adulte et c’est pour cela qu’il lève le regard vers lui, offrant en contrepartie son estime spontanée qui renferme en elle le besoin d’appui, si vous ne détruisez pas vous-mêmes cette Loi Naturelle!

Et vous la détruisez dans la plupart des cas! Vous projetez chaque enfant hors de ses intuitions naturelles par le faux comportement dont vous faites preuve à leur égard, très souvent pour votre propre satisfaction, parce que l’enfant est pour vous en grande partie un jouet chéri par lequel vous voulez trouver votre joie et que vous cherchez à rendre précocement intelligent afin de pouvoir en être fiers!

Mais tout cela n’est pas profitable pour l’enfant, mais seulement préjudiciable. Vous avez envers l’enfant, au cours de son enfance, c’est-à-dire depuis la première partie de son éducation, et dès les premières années, des devoirs plus sérieux à remplir! Ce ne sont pas vos désirs qui doivent être ici prépondérants, mais les Lois de la Création! Or, celles-ci imposent de laisser chaque enfant être aussi un enfant en toutes choses!

Ce n'est que lorsqu'un être humain a vraiment été un enfant qu'il est plus tard un adulte dans le sens complet du terme. Mais seulement dans ce cas! Et un enfant normal n’est reconnaissable que par le seul fait qu’il possède de par sa propre intuition, qui en cela même est conforme aux Lois Naturelles, le respect authentique pour les adultes.

Tout cela chaque enfant le porte en lui, tel un Don de Dieu! Et cela se développe si vous ne l’enfouissez pas. C’est pourquoi, maintenez les enfants éloignés des lieux où les adultes parlent ensemble, car ils n’y ont pas leur place! Là aussi, ils doivent toujours savoir, qu’ils sont des enfants et que comme tels, ils n’ont pas encore leur pleine valeur, qu’ils ne sont pas encore mûrs pour l’activité terrestre. Dans ces choses, d’apparence insignifiante, se trouve beaucoup plus que vous ne le pensez aujourd’hui. Il s’agit de l’accomplissement d’une Loi de base dans la Création, Loi que souvent vous ne respectez pas. Extérieurement, les enfants en ont besoin comme d’un soutien, eux qui sont tous encore principalement dans l’Essentialité! Il leur faut ce soutien conformément à la Loi de l’Essentialité.

Les adultes doivent accorder protection à l’enfant! Il y a davantage que ce que disent les mots. Cependant, ils ne doivent accorder leur protection que lorsque l’enfant la mérite! Cette protection ne doit pas être accordée sans contrepartie, afin que l’enfant apprenne déjà dans l’expérience que la compensation doit exister partout, et que c’est en elle que résident l’harmonie et la paix. Cela aussi est conditionné par le genre de l’Essentialité.

Mais c’est précisément cela que tant de parents et d’éducateurs ont souvent négligé, bien que ce soit la condition de base d’une éducation juste, si celle-ci est menée selon les Lois Originelles de la Création. Le manque de la notion de compensation absolue amène tout être humain à vaciller et à chuter, peu importe si cela arrive tôt ou tard. Il faut que la conscience de l’inévitable nécessité de cette notion soit inculquée à l’enfant dès les premiers jours, afin qu’il se l'approprie de telle façon qu’elle se fonde avec sa chair et son sang, qu’elle lui devienne aussi évidente à apprendre que le sens de l’équilibre de son corps, soumis à la même Loi de base!

Lorsque ce principe fondamental sera soigneusement appliqué au cours de chaque éducation, alors il y aura enfin des êtres humains libres, qui seront agréables à Dieu!

Or, c’est précisément cette Loi fondamentale, la plus indispensable et la plus essentielle de toutes dans cette Création, qui fut exclue partout par les êtres humains! Exception faite du sens de l’équilibre du corps physique, elle n’est ni suivie ni considérée au cours de l’éducation. Ceci contraint à une partialité malsaine qui fait que tous les êtres humains parcourent la Création avec des âmes chancelantes entraînant de continuels faux pas et des chutes!

Il est triste que cette intuition de l’équilibre ne soit admise comme nécessaire à tout mouvement que pour le corps terrestre alors que pour l’âme et l’esprit, elle n’est pas entretenue et fait même souvent complètement défaut. Il faut aider l’enfant dans ce sens avec sollicitude par l’influence d’une contrainte extérieure, dès les premières semaines. L’omission de ce principe apporte à chaque être humain de terribles conséquences pour son existence entière, conformément à la Loi de l’effet de réciprocité.

Voyez autour de vous. Que ce soit dans la vie de l’individu ou dans la famille, dans l’État ou dans la manière des Églises, c’est précisément cette Loi de la compensation qui fait défaut, et uniquement cela. Et pourtant, vous trouvez partout cette Loi nettement définie si seulement vous voulez la voir! Même le corps de matière dense vous l’indique: vous la trouvez, si vous voulez que le corps soit en bonne santé, dans l’alimentation et l’élimination, oui, et aussi dans les différents genres d’aliments, dans l’équilibre entre le travail et le repos, et cela jusque dans les moindres détails, sans parler de la Loi de l’équilibre, déjà mentionnée, qui permet à chaque corps en particulier de se mouvoir et le rend, par là seulement, apte à réaliser sa tâche sur Terre! Elle tient et maintient aussi l’Univers entier, car ce n’est que dans la compensation par l’équilibre que les astres, que les mondes peuvent décrire leur orbite et s’y maintenir!

Or vous, petits êtres humains de la Création, qui n’êtes pas plus qu’un grain de poussière devant le grand Créateur, vous renversez cette Loi, en refusant de la considérer et de la suivre entièrement.

Certes, il vous a été possible de la déformer pour un temps, mais à présent, elle rebondit sur vous dans sa forme primitive et son rebondissement doit vous frapper douloureusement!

De cette unique faute sont nés tous les ennuis qui frappent aujourd’hui la Création. Dans les États également en découlent le mécontentement ainsi que la révolte lorsque la juste compensation fait défaut d’un côté. Mais cela n’est que la suite de l’accroissement de ces erreurs commises par l’éducateur envers la jeunesse.

Le nouveau Royaume, le Royaume de Dieu sur Terre, réalisera la compensation, et par là même, une nouvelle génération! Mais il faudra d’abord imposer par la force la véritable notion de compensation, avant qu’elle ne puisse être comprise. L’imposer par la transformation de tout ce qui est déformé, transformation qui s’effectue déjà maintenant, tandis que le faux, le malsain, courra de lui-même à sa perte, poussé par l’invincible Puissance et la Force de la Lumière! Alors suivra le cadeau de la véritable compréhension de toutes les Lois Originelles de la Création. Efforcez-vous dès à présent de les reconnaître exactement et vous serez en règle dans cette Création! Ce qui à son tour n’aura comme conséquence pour vous, que bonheur et paix!

Abdruschin