=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=

La Grande Pyramide

Radar, télévision, centrales nucléaires, rayons lasers, fusées et voyages sur la lune. A quel niveau technique est parvenue l’humanité ! Nous pouvons nous targuer avec raison de nos conquêtes en ce domaine. Même l’espace est maîtrisé par l’intelligence de l’homme !

Toutefois, nous avons tendance à oublier qu’il y a des millénaires déjà, des êtres humains détenaient d’importantes connaissances, notamment en astronomie. Elles ne nous sont redevenues accessibles, que grâce à l’invention de la lunette et du télescope.

Il en est de même en architecture, avec par exemple, les gigantesques constructions érigées par certaines civilisations. Des oeuvres qui, aujourd’hui encore, malgré tous les moyens technologiques modernes à notre disposition, pourraient être difficilement réalisées.

Il suffit de penser aux monumentaux édifices des Toltèques et des Mayas, ou aux ruines des palais incas dans la région de Tiahuanaco. Leurs murs sont constitués en partie par des blocs de pierre pesant cent tonnes chacun qui ont dû être transportés sur une distance de cinq kilomètres. Or, la région de Tiahuanaco se trouve à une altitude de quatre mille mètres et à vingt et un kilomètres au sud du lac Titicaca.

Nos archéologues contemporains sont demeurés perplexes, en découvrant ces murailles, dont les énormes monolithes ont été si parfaitement taillés et ajustés que, même des millénaires plus tard, il est impossible de glisser la pointe d’un couteau dans les joints.

On a trouvé aussi sur ces sites un calendrier en pierre, représentant la division de l’année en douze mois et celle du mois en trente jours. Le portail du Soleil, magnifiquement sculpté, dans la région de Tiahuanaco, fait également partie de ces énigmes que les chercheurs essaient en vain de résoudre.

Ce portail consiste en un seul bloc colossal de trachyte dur, pesant plusieurs tonnes. Etant donné que ce genre de pierre n’existe, ni sur place, ni à une grande distance alentour, comment fut-il possible de le transporter jusqu’aux hauteurs des Andes ? Même avec la technique du vingtième siècle, ce serait une pénible entreprise. Selon d’anciennes traditions, les « dieux » auraient fait parvenir cette singulière roche jusqu’en haut, par des forces titanesques.